#ChallengeAZ (2019) – B comme Bellemanière (de)

S’il est un principe que j’aurai acquis à la fin de ma vie c’est bien celui privilégiant le schéma au long discours. Alors, je vous le concède : un schéma d’accord, mais un schéma lisible c’est mieux.

Pour la lisibilité, rassurez-vous, cet article est là pour ça. Vous aurez donc finalement droit au schéma et au long discours.

Tout commence le jour où j’ai découvert que les Normands n’avaient pas seulement conquis l’Angleterre en 1066, mais également une partie infime de mon arbre généalogique.

Rose Hardisson, sur laquelle je reviendrai dans mon article sur la lettre R, était donc la fille d’Adélaïde Magdelaine Constance Léger née à… Cherbourg. Dans ma branche italo-provençale, quelle découverte! Cela n’allait pas être la dernière.

En consultant l’acte de mariage d’Adélaïde Magdelaine Constance Léger, la Normande, avec Louis Clair Hardisson à Toulon en 1837, on peut y lire que la mère de la mariée, une certaine Adélaïde de Bellemanière n’a pu assister à la noce. Et pour cause, elle est décédée 14 ans plus tôt à… Paris.

Apprendre le même jour qu’une branche qui jusqu’ici n’avait occupé que le quart Sud-Est, était non seulement originaire du Nord-Ouest mais avait également un lien avec la Capitale, ce fut un véritable choc.

Il me fallait donc comprendre.

Remarque : pour plus de compréhension dans la suite du propos « Adélaïde » ne désignera qu’Adélaïde de Bellemanière. Sa fille, Adélaïde Léger, sera toujours désignée par tous ses prénoms, « Adélaïde Magdelaine Constance ».

Difficulté de taille : Adélaïde de Bellemanière est décédée avant 1860 à Paris. Pour ceux qui pratiquent les archives parisiennes, il est connu qu’à cause d’un incendie, une grande partie des archives de cette époque a été perdue.

Par chance, la trace de son décès fait partie des actes dits reconstitués, et grâce à cet acte j’apprends qu’elle est également née à Paris. La probabilité de posséder deux actes reconstitués pour la même personne me paraissait faible et j’avais raison : pas la moindre trace de sa naissance, seulement une approximation : 1780/1782.

Acte de décès d’Adélaïde Debellemanière – Source : Archives Départementales 75

Parmi les sources diverses sur lesquelles j’ai pu mettre la main, un registre de clôture d’inventaires daté du 02/09/1783 fait mention d’un certain Louis Bellemanière, garçon charpentier, et de ses enfants mineurs Marie Thérèse Louise, Adélaïde et Sidonie. Les dates et les patronymes collent. N’est-ce qu’une coïncidence? Peu d’éléments à cette heure pour se forger un avis.

Cependant, notons tout de même un mariage entre un certain Louis Bellemanière et Marie Madeleine Carré le 03/11/1783, soit deux mois après. Une piste à creuser, qui pourrait confirmer ou infirmer le lien supposé de parenté entre Louis et Adélaïde.

D’ailleurs, revenons à Adélaïde. Peut-être aurais-je plus de chance d’obtenir des informations sur elle au moyen de l’acte de son mariage avec Pierre Constant Léger. En vain, pour l’instant. Tout me manque : le lieu et la date.

Intéressons-nous un peu à cet époux.

Source : CIMARCONET (Consultation de l’inscription maritime du Cotentin sur Internet)

Pierre Constant Léger est issu d’une famille d’Omonville-la-Rogue(50), où il naît le 06/07/1781. Dès ses 13 ans et ce jusqu’à ses 18 ans, il est enregistré comme marin à Cherbourg.

Au-delà d’être la ville des fameux parapluies, il s’agit du lieu de naissance de mon ancêtre Adélaïde Magdelaine Constance Léger. Ce qui me pousse à creuser du côté de la descendance du couple Léger / de Bellemanière pour chercher des réponses à mes questions.

A la hauteur de mes connaissances jusqu’ici, Adélaïde Magdelaine Constance avait un frère aîné et deux soeurs plus jeunes.

Si les trois premiers enfants, nés respectivement en 1806, 1808 et 1809 voient le jour à Cherbourg (50), ce n’est pas le cas de la petite dernière : Aglaé Fanny, qui pousse son premier cri à … Paris.

Ce qui m’amène à formuler deux hypothèses principales :

1) Pierre Constant Léger et Adélaïde de Bellemanière se sont rencontrés dans la Manche, peut-être à Cherbourg, où Pierre avait peut-être pris ses quartiers suite à son expérience de marin. Là il se marient et ont leurs 3 premiers enfants. Entre 1809 et 1815 ils partent à Paris où naît leur 4ème enfant et où Adélaïde mourra 8 ans plus tard.

2) Pierre Constant Léger et Adélaïde de Bellemanière se marient à Paris entre 1799 et 1806. Dans cet intervalle il vont s’installer à Cherbourg, où naîtront leurs 3 premiers enfants. Puis finalement ils retournent sur les terres d’Adelaïde où la suite rejoint la 1ère hypothèse.

Pour en apprendre davantage je m’intéresse à la vie des 4 enfants.

  • Charles Nicolas Léger : à ce jour je n’ai pas trouvé de mariage ni de descendance.
  • Adélaïde Magdeleine Constance Léger : mariée à Louis Clair Hardisson le 19/04/1837 à Toulon. Fait important : à cette date, Pierre Constant Léger est domicilié à St-Lô. Il est donc reparti vivre dans la Manche après le décès de son épouse.
  • Constance Victoire Léger : jamais mariée. Décédée célibataire le 30/01/1886 à Omonville-la-Rogue, fief originel des Léger.
  • Aglaé Fanny Léger : mariée à Bernard Devèze, un Bordelais de naissance, le 14/02/1861 à Paris. Son père, Pierre Constant Léger est déjà décédé lors de la célébration de ce mariage. Aglaé décède le 30/05/1888 à Paris, veuve et rentière.

La fratrie Léger a la bougeotte et tous vont vivre à des centaines de kilomètres les uns des autres.

De là jaillissent un tas de questions :

  • Combien de temps la famille Léger a-t-elle vécu, de façon commune, à Paris?
  • Le départ de Pierre Constant Léger de Paris est-il consécutif au décès de son épouse ou vivait-il déjà entre deux régions?
  • Pierre Constant Léger a-t-il seulement vécu à Paris? Ou n’a-t-il jamais rejoint sa femme? Et qu’en est-il des autres enfants?
  • Ont-ils divorcé?
  • Pierre Constant Léger est-il décédé à St-Lô où il déclarait vivre 24 ans plus tôt?
  • Pierre Constant Léger avait-il refait sa vie?

Trois pistes de recherche sont alors à l’étude : 1) Les formalités hypothécaires de Pierre Constant Léger dans la Manche 2) L’acte de naissance d’Aglaé Fanny Léger, faisant partie des actes reconstitués 3)La succession éventuelle d’Adélaïde de Bellemanière. 4) Par ailleurs si l’aîné de la fratrie s’est marié, la découverte de cet acte de mariage pourrait également donner de nouvelles indications.

Grâce au travail remarquable des bénévoles du Fil d’Ariane (www.entraide-genealogique.net), j’ai pu mettre la main sur la piste 3 : la déclaration de succession d’Adélaïde de Bellemanière, datée du 02/10/1823, soit près de 8 mois après sa mort.

Source : Fil d’Ariane 75 (cote DQ7 3933)

Trois éléments principaux attirent mon attention : Tout d’abord Pierre Constant n’habite pas/plus le domicile de son épouse. Celle-ci est décédée au 5 rue du Petit Pont. Lui habite au 11 rue de Bièvre. Depuis quand? Ensuite, seuls les enfants perçoivent la succession d’Adélaïde. Enfin, ces enfants sont au nombre de… 5! Et non 4.

Le chaînon manquant de la fratrie c’est Fanny, quatrième enfant. Ce qui est assez perturbant car il s’agit du 2ème prénom d’Aglaé la petite dernière.

En revanche, peu d’éléments sur Fanny, qui devient une nouvelle piste de recherche. Une certitude : née entre 1809 et 1815. Mais où? Cherbourg? Paris? Ailleurs?

Qui a dit que la généalogie était monotone et rébarbative?

[A SUIVRE]

10 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s