#ChallengeAZ (2020) – O comme Ovins

Image par StockSnap de Pixabay

A vrai dire, il y a plus antipathique que le mouton au sein du règne animal. Cependant, l’ovin a beau être comme la brebis du Bon Dieu, c’est-à-dire doux comme un agneau, on ne peut pas dire que les expressions françaises le fassent briller par sa jugeotte et son sens du discernement. Être frisé comme un mouton n’est pas la comparaison la plus flatteuse. Et que dire de la parabole des moutons de Panurge devenue métaphore pour décrire à tout crin -ou à toute laine- une obéissance aveugle et déraisonnée?

Moi je l’aime bien le mouton. Je soupçonne d’ailleurs le généalogiste de chercher régulièrement sa version à cinq pattes et de finir souvent par trouver des espèces à 6 voire 7 pattes. Bref, je m’égare… Revenons à nos moutons!

A la lettre D, je vous ai présenté le processus de peuplement de la ville de Denain, conséquence de son développement industriel, en évoquant le destin de ces familles issues de divers horizons ayant choisi d’y émigrer pour travailler à la mine ou dans les forges. Et si on revenait un peu en arrière?

Léopold VANEZ/VANESSE était le premier de mes ancêtres à fouler le sol denaisien, ex-aequo avec son épouse Sophie VELU. Originaire de Valenciennes, intéressons-nous un peu à ses origines familiales via son acte de naissance, et plus particulièrement à son père, Pierre Joseph :

Acte naissance Léopold VANEZ – Source : Archives Départementales du Nord

« […] est comparu le sieur Pierre Joseph Vanez, âgé de trente-trois ans onze mois, mineur, né à Hergnies, département du Nord, domicilié à Valenciennes au Mouton Noir hors de la porte de Lille« 

Tout d’abord, constatons que les VANEZ avaient commencé à travailler dans les mines bien avant leur arrivée à Denain, du charbon ayant déjà été découvert auparavant aux alentours, comme ce fut le cas à Valenciennes.

Mais ce n’est pas ce qui me marque le plus dans cet acte finalement. Si je devais vivre dans un lieu nommé le Mouton Noir hors des remparts d’une ville, j’aurais comme l’impression d’être quelque peu… marginalisé. Pas vous?

Et d’abord, au-delà d’être une expression péjorative que je n’avais pas listée en début d’article, c’est quoi ce Mouton Noir?

Figurez-vous qu’il s’agissait d’une Fosse appartenant à la Compagnie des Mines d’Anzin dont la construction débuta en 1761. Mais le fait marquant c’est qu’en 1794, le puits Nord fut remblayé. En 1807, c’est le deuxième et dernier puits qui dut subir le même sort. Une durée de vie assez limitée, en clair.

En conclusion, en 1814, la famille Vanez était domiciliée au Mouton Noir, mais le père, Pierre Joseph ne pouvait plus techniquement y travailler.

Remontons donc un peu plus dans le temps pour retrouver les traces de son installation, par le biais de la publication de son mariage futur avec Bernardine Marie Marguerite Lemaire.

Publication Bans du Mariage VANEZ x LEMAIRE – Source : Archives Départementales du Nord

« […] entre les citoyens Pierre Joseph Vanez âgé de dix-neuf ans, Berger de son état, fils de Jean-François Vanez et de Marie Louise Carlier, natif d’Hernies, canton de Nord Libre, et domicilié en cette commune au Mouton Noir d’une part, et Bernardine Marie Marguerite Lemaire âgée de vingt ans, fille du défunt Guillaume Joseph Marie Lemaire et de Marie Jeanne Joseph Saussé, native et domicilée en cette commune au Mouton Noir, d’autre part »

Un berger au Mouton Noir? Mais évidemment! Une véritable histoire cousue de fil (de laine) blanc!

Plan de Valenciennes en 1774
Agrandissement du Canal du Noir Mouton sur la carte précédente – Source : Gallica

Le Mouton Noir ou plutôt le Noir Mouton (il faudrait savoir!) était situé à proximité du canal du même nom. Le numéro 21 de la carte correspond à la lunette du Noir-Mouton, et le numéro 22 au réduit du Noir-Mouton.

Mais les canaux ici représentés étaient assez récents. C’est en 1769 que la canalisation de l’Escaut entre Valenciennes et Cambrai est décidée. Ce remodelage des cours d’eau a pour objectif de poursuivre le développement de l’industrie textile, notamment via ses manufactures d’etoffes de laine.

On comprend donc rapidement que Le Mouton Noir était à l’origine une bergerie / manufacture de laine et franchement je ne vois pas du tout ce qui aurait pu nous mettre sur la voie…

L’idée de ces nouveaux canaux était également de permettre de développer le commerce du charbon, mais dans le cas de la Fosse du Mouton Noir, cela a rapidement tourné court.

Ci-dessous des extraits de carte de Valenciennes avant la canalisation de l’Escaut.

Plan Valenciennes – année indéterminée au XVIIIème siècle, antérieure à la canalisation de l’Escaut
Agrandissement du lieu-dit Le Noir Mouton sur la carte précédente- Source : Gallica

Pierre Joseph a donc eu la particularité de subir une reconversion professionnelle sans changer de lieu de travail et même de domicile. Sacrée performance! Le berger est devenu mineur, mais le mouton ne s’est jamais vraiment départi de lui, origines familiales oblige, étant lui-même fils de berger comme l’atteste son acte de baptême.

Acte baptême Pierre Joseph VANEZ – Source : Archives Départementales du Nord

Dans le Valenciennes actuel ne subsiste de ce lieu-dit animalier qu’un chemin longeant l’Escaut, à l’endroit approximatif où Pierre Joseph et sa famille ont vécu, dans un ailleurs perdu dans les méandres du temps, comme une brebis égarée.

6 commentaires

  1. Très intéressant en effet ! Ne connaissant pas Valenciennes j’aurai cru à tord bien sûr, qu’il s’agissait de l’enseigne de la maison où demeuraient ses parents !

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s